Cochon Millenium I

Un pas à pas en deux parties, avant déménagement vers un autre blog/site ou autre atelier, on verra. J’en ai marre d’ici, y’a des fuites, c’est mal isolé, y’a pas de lumière et c’est super humide !
Il s’agit d’une grosse grosse maquette de soucoupe volante, avec pour « space jockey », un petit cochon. Ne m’en demandez pas plus, c’est pour l’école du petit.

Matériel utilisé : carton, carton, carton ( et encore du CARTON ! ),bois,papier, polystyrènes extrudé et expansé
( la grosse difficulté, vous l’aurez devinez, aura été de trouver du carton qui ne soit pas réduit à l’état de bouillie par cette météo diluvienne )

La suite en photos et très vite ( cette fois ! ).

Soucoupe_01

Porc_stellaire01

Porc_stellaire02

Porc_stellaire03

Porc_stellaire04

Porc_stellaire07

Porc_stellaire08

Porc_stellaire09

Porc_stellaire10

Porc_stellaire11

Poster un commentaire

Classé dans Volumes

Marcosmonaute

Un ( déjà ) très grand aventurier ce petit Marco, ce fût un grand plaisir pour moi de réaliser le dessin de son faire-part de naissance. Félicitations encore à Marie et Ben, les courageux et heureux parents, dont l’arrivée dans leur vie du petit Cosmonaute a été plus qu’éprouvante !

Marcosmonaute01

 

 

2 Commentaires

Classé dans Illustration

Cavalier Squelette 1

Les avancées et études, en images, du Cavalier Squelette de la Mancha…la suite très vite !

TUTO01

 

BARB

 

rossi01

 

mano01

 

Donk02

 

crobfinal

 

donkcroquis

 

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Volumes

Hidalgo des abysses

DON01

Rossi01

DonKOK

 

Croquis préparatoires de la prochaine « Créature » à sortir des forges infernales … qui va me demander un paquet de paires d’heures !!! La suite très bientôt en photo !
Crayon, Encre & gouache sur kraft

Poster un commentaire

Classé dans Crobards et Etudes

Cinema introuvable

cinema_introuvable

 

Un petit article pour rendre hommage au travail de Dylan Pelot et vous inviter à vous procurer cet ouvrage. Quand j’en ai marre, que j’ai envie de tout foutre en l’air avant de baisser les bras face à la laideur et à la connerie, j’essaie de repenser à son boulot et tout va mieux. Bosseur acharné, c’est un peu Dylan Pelot qui m’a poussé à me lancer à fond, l’année dernière, dans la création d’un atelier de créatures en carton-pâte car il était également ( entre autres ! ) « Prof de Monstre » à la MJC de Nancy.

Plutôt qu’un long discours sur le bouquin, voici l’un de ses fameux « films introuvables », un de mes préférés !

infirmjustice

Résumé : Justine Justice est une infirmière qui a vécu son enfance au Japon et y a appris le karaté. C’est elle que l’on appelle lorsque des patients récalcitrants refusent d’obtempérer. Mais une organisation secrète de malades s’est montée à l’intérieur de l’hôpital central. Rackets, viols, drogues se propagent au sein de l’établissement. A sa tête, le terrible et auto-proclamé Super-Malade attend de pied ferme celle qui, quelques années auparavant, l’avait expulsé de l’hôpital.

 

Les Grands Succès du Cinéma Introuvable
Éditions Audie – 2014

Poster un commentaire

Classé dans Dans quelle étagère ?

Sélénite ambulant

 

öLionk0 S@õÿÿõ€€€€€€€€€€€€€€

 

«  – Tu es un rêveur mon petit, me dit-il. Ton esprit est dans la Lune et, à en juger sur les apparences, il ne sera jamais ailleurs. Tu n’as aucune ambition, l’argent ne t’intéresse pas et tu es trop philosophe pour avoir du goût pour l’art. Que vais-je faire de toi ? »

New-York city, 1969 « … C’était l’été où l’homme a posé la première fois le pied sur la Lune … »

Lu il y a un peu plus de 15 ans, c’est avec un vrai bonheur un brun mélancolique, que j’ai retrouvé Marco Stanley Fogg, le personnage principal et narrateur de « Moon Palace ». Si je devais décerner des titres ou des prix à la con aux bouquins, je pourrais tout à fait considérer ce livre comme « livre de mes 20 ans » , tant il m’a marqué à l’époque, sans doute par la complicité qui s’était alors établie entre Marco et moi, jeune sélénite ambulant que j’étais ( que je suis encore beaucoup ).

Autre petit bonheur concernant cet ouvrage, et magie de l’internet, j’ai pu retrouver, et découvrir le travail de Ralph Blakelock, un peintre romantique américain du XIXème dont une toile exposée au Brooklyn Museum est décrite avec minutie par Marco dans le bouquin.

Brooklyn_Museum_-_Moonlight_-_Ralph_Albert_Blakelock_-_overall

 » Moonlight » 1885

  » J’avais l’impression que Blakelock peignait une idylle américaine, le monde habité par les Indiens avant que les blancs n’arrivent pour le détruire. La plaque fixée au mur indiquait 1885. Si mes souvenirs étaient exacts, cela correspondait presque exactement au milieu de la période entre le dernier combat de Custer et le massacre de Wounded Knee – c’est à dire tout à la fin, quand il était trop tard pour espérer qu’aucune de ces choses survive. Peut-être, me disais-je, cette oeuvre a été conçue comme un témoignage de ce que nous avons perdu. Ce n’était pas un paysage, c’était un mémorial, une ode funèbre pour un monde disparu. » 

Moon Palace
1989 – Paul Auster – Actes Sud

Poster un commentaire

Classé dans Dans quelle étagère ?

Fimbrethil

 » La Femme-Ent »

Carton, fil de fer, piques à brochette, polystyrène, bille d’acier, enduit de lissage, plastiroc, acryliques

entfemme01

 

entfemme02bis

 

entenduite

 

entfemme04

 

entfemme06

 

entfemme07

 

entfemme10

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Volumes

Pink Empire

Dernière machine à sortir des forges démoniaques de l’Atelier, le quadripode impérial. Machine de guerre aussi épouvantable qu’improbable, l’envie d’en fabriquer un est avant tout la réalisation d’un rêve de gosse. Après n’étant plus très branché machins guerriers, je l’ai donc « pacifié », exit canons lasers et autres mitrailleuses. Il me fallait aussi le rendre plus « sympathique ».Et c’est chez mon principal fournisseur en peinture, qui possède des « stocks déstockés » aux couleurs incroyables ( comme « Vomi beaujolais » ou « Orange hématome » ) qui n’ont pas rencontré le succès escompté par le fabriquant que j’ai trouvé les fantastiques couleurs que je désirais utiliser, respectivement « Rose Miami » ( ?) et « Rose Tagada ». Couleurs qui m’ont permis de faire un clin d’oeil au film de De Broca « l’Homme de Rio », alliant ainsi, avec « L’Empire contre-attaque », deux films qui ont marqué mon enfance.

Matériaux : carton, polystyrène, bouchons plastiques, gesso, acryliques
Dimensions : grand !

 

quadri01

quadri02

quadri03

quadri04

 

quadri05

quadri07

quadri08

 

quadri10

 

quadri09

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Volumes

L’attaque de Mars

Pas d’article depuis octobre 2013… Alors un article « coup de pied au derrière » et pour me refamiliariser avec l’interface de WordPress, parce que chez moi, c’est pas comme le vélo ! Un article pour annoncer un mois de Mars qui va s’avérer haut en couleurs ; retour des aventures des Nawaks ( je vous ai vu bondir au fond, vous foutez du pop-corn partout ! ), peinture et charbon, linogravures en folie ( et les blessures qui vont avec ) et surtout, un stage « Machines, Robots & Créatures » qui va être particulièrement productif…

En guise de mise en bouche, deux croquis exclusifs de la production issus du story-board du dernier volet de « La Bataille du Styx » et des photos des dernières créations ( en cours ) de l’atelier Machines, respectivement une femme des bois et un quadripode impérieux qui va s’avérer beaucoup plus « Girly » que guerrier. À très vite !

entfemme01

entfemme02

quadri04

nodisintegration

chiboumpf

Poster un commentaire

Classé dans Crobards et Etudes

Atelier Machines

Je reprends les pinceaux et crayons depuis peu, après de suaves, tranchantes et brûlantes infidélités avec des cutters pervers et des pistolets à colle soumis et lascifs, donc, fatalement, plus trop de dessins sur octobre ces derniers mois… J’en publie donc un premier, toujours en rapport avec mes séances de bricolage « bondage », dessin de la « com » de mon « Atelier Machines, Robots & Créatures » du samedi après-midi, censé illustrer le processus.

afficheMachineocto

Lors de ma première « démonstration », alors que je tentais d’expliquer aux mômes qui s’étaient engouffrés en grappes de meutes hurlantes dans les portes ouvertes de l’atelier comment je me procurais la matière première ( aux poubelles ) , un petit garçon, genre petite terreur du pâté de maison, me lança :  » – Ah d’accord ! En fait toi, t’es une espèce de clochard ! « . Lumineux. J’ai bien ri, même si je suis resté quelques secondes interdit.

1 commentaire

Classé dans Illustration